Les pelouses ne sont pas éternelles. Au fur et à mesure des tontes et des repousses, le gazon s’affaiblit et se dégarnit. Ce phénomène naturel peut également être accentué par des conditions climatiques défavorables. En cas de forte sécheresse, l’herbe est brûlée par le soleil et quand vient la pluie, les zones les plus exposées, parfois, ne repoussent pas. Pire, les mauvaises herbes (chiendent,…) et graminées indésirables (trèfle,…) prennent le dessus. La sécheresse de l’été 2018 a mis à mal de nombreux gazons et a permis de constater l’essor des mauvaises herbes. Comment s’en débarasser ? Comment refaire sa pelouse pour avoir un beau gazon  ? Découvrez ce long dossier avec des conseils et des méthodes pour réparer ou refaire à neuf votre pelouse abîmée.

Les différentes méthodes pour refaire sa pelouse

Il existe différentes méthodes de rénovation de votre pelouse, selon l’état de votre pelouse, le temps et l’effort que vous pouvez lui consacrer.

Quelle que soit la méthode choisie, le nouveau gazon devra être semé de préférence au printemps ou en automne, hors des périodes de sécheresse et de grand froid. L’automne est la saison la plus appropriée, car les pousses risquent moins de souffrir de la sécheresse. Par ailleurs, en automne la température du sol est encore élevée et ce permet un semis plus efficace. Notez donc que les mois favorables sont mars/avril / mai et septembre/octobre. Octobre est le mois le plus favorable. A noter que certains gazons rustiques peuvent être semés en novembre.

1 – Rénovation facile : Regarnissage / combler les espaces vides

Une méthode simple et peu contraignante consiste à ne cibler que les zones dégarnies de votre gazon.

Commencez par ratisser profondément les espaces vides de votre pelouse et ramasser les déchets. Le passage du scarificateur est également un plus car cela permettra d’aérer votre gazon actuel.

Scarifier sa pelouse

Puis ensemencez les trous avec le nouveau gazon (voir ci-après) et recouvrez de 5mm de terre ou de terreau.

Vous pouvez aussi semer de façon sporadique sur votre ancien gazon scarifié mais le semis n’est pas sur de prendre. Enfin, tassez la terre pour améliorer le contact avec les graines au pied ou au rouleau. Arrosez immédiatement puis toutes les 24 heures. C’est terminé ! Après une dizaine de jours, les jeunes pousses apparaitront puis su bout d’un mois, avec un peu de pluie, les trous de votre pelouse auront disparu.

Regarnissage : quel gazon choisir ?

Pour le regarnissage, il convient d’opter pour un gazon à pousse rapide, auto-régénérant, c’est à dire formant des rhizomes permettant de d’étendre. Le spécialiste européen du gazon, Barenbrug dispose d’un gazon rapide idéal pour cela . 

Faites d’ailleurs bien attention à ne pas choisir n’importe quel gazon. Oui le gazon coute cher mais il durera très longtemps. Nous vous conseillons donc de fuir les gazons premier prix, souvent constitués de fétuques peu adaptées à un beau gazon.

Le regarnissage est une méthode facile à mettre en œuvre, mais le nouveau gazon étant plus vigoureux que l’ancien, les zones restaurées risquent de rester visibles après la pousse. De plus, rien n’aura été fait pour éliminer les mauvaises herbes. C’est pourquoi cette technique convient principalement aux petites réparations et ses résultats dépendent beaucoup de l’état du gazon d’origine.

Le regarnissage est une technique à tenter mais qui n’est généralement qu’un cache misère, le temps de s’attaquer à un chantier bien plus conséquent , la rénovation complète de sa pelouse.

2 – Repeindre son gazon

c’est une méthode qui peut sembler farfelue mais qui qui se développe. Elle consiste à lutter contre la sécheresse en peignant sa pelouse. Sorte de cache misère, cette technique permet de limiter les arrosages et n’est pas dangereuse pour l’environnement la peinture étant composée de pigments organiques. Si vous voulez en savoir plus, découvrez notre article « Peindre son gazon ».

3 – Rénovation complète : repartir de zéro

Si votre gazon est très vieux et abîmé, il est parfois préférable de procéder à une remise à neuf totale de votre pelouse. Cette méthode demande plus de temps et d’efforts, mais offre des résultats incomparables. c’est cette méthode que nous allons vous expliciter longuement en vous montrant l’exemple d’un chantier de rénovation de gazon de A à Z.

Un bel exemple de gazon...impossible à récupérer sans le refaire entièrement
Gazon avec mauvaises herbes

La rénovation complète consiste en 5 étapes :

  1. Préparer le terrain
  2. Labourer
  3. Semer
  4. Arroser
  5. Traiter

Nous vous détaillons ci-dessous chacune de ces étapes.

Refaire entièrement sa pelouse : les étapes

1 / Préparation du terrain

Préparer votre terrain est le plus long et fastidieux. Surtout, c’est l’opération la plus importante car sans un terrain bien préparé, votre semis ne prendra pas. Ne sous estimez surtout pas la charge de travail que cela représente.

a/ Tonte et désherbage

La première étape dans la création de votre nouvelle pelouse est la préparation du terrain. Celle-ci commence par une tonte à ras (très important car cela limitera les déchets).

 

Une fois la tonte effectuée, il vous faudra procéder à l’application d’un désherbant à rémanence courte, pour empêcher que les mauvaises herbes déjà présentes dans le sol ne concurrencent les graines de votre nouveau gazon.

Nous vous conseillons donc d’utiliser un désherbant sur l’ensemble de votre ancienne pelouse et de renouveler son application au bout de 5 jours. Attendez ensuite 10 jours avant de travailler la terre, le temps que les mauvaises herbes les plus résistantes aient été éliminées (chiendent,…).

Terrain après le passage du désherbant

 

Si certaines mauvaises herbes résistent, il vous faudra procéder à une élimination manuelle, notamment s’il s’agit de chiendent car le travail du terrain pourrait contribuer à les propager (en cassant les rhizomes souterrains).

Pelouse ravagée par chiendent pied de poule

b/ Travail du sol

C’est le travail le plus laborieux et le plus long…sauf à être très bien équipé. Il consiste à retourner la terre et à l’émietter afin de semer le nouveau  gazon.

Certains voudront le faire à la main mais c’est quasiment impossible à moins d’avoir une toute petite surface (<200M2).  Il convient donc de louer une machine ou de faire appel à un professionnel.

Il existe deux types de machines, le motoculteur ou la motobineuse.

Motoculteur :le motoculteur laboure la terre, c’est à dire qu’il retourne la terre en profondeur par l’action d’un soc et enfoui ce qu’elle porte en surface dans le but de préparer son ensemencement. Il permet de faire des surfaces de 500 à 4000m2. Certains motoculteurs sont polyvalents permettant également de motobiner puis d’émietter.

Motobineuse : la motobineuse bine ou fraise c’est à dire qu’elle ameublissement du sol en surface précédant l’ensemencement. La largeur de travail varie de 30 à 100cm selon les modèles. On peut faire des terrains allant de 100 à 1000m2 avec.

Le motoculteur est la machine idéale car elle permet d’enfouir les déchets qui peuvent être conséquents. La motobineuse demandera plus de travail mais elle peut suffire si vous avez un jardin de taille petite à moyenne ( jusqu’à 1000m2). L’avantage de la motobineuse est que la machine est beaucoup plus facilement transportable qu’un motoculteur est qu’elle est moins chère à la location. Comptez ainsi enviro 50 euros par jour pour louer une motobineuse contre plus de 300 pour un motoculteur polyvalent qui ira jusqu’à émietter vos déchets. Un sacré coût mais qui peut être vite rentabilisé si vous avez une grande surface ca vous économiserez beaucoup de main d’oeuvre.

Ensuite, à l’aide d’un motoculteur muni d’une fraise, on retourne toute la surface du sol en plusieurs passages et à vitesse réduite pour bien arracher les racines de l’ancien gazon. Cela demande de la force et de la patience. Comptez environ 1 heure de travail pour faire 200m2.

Le terrain après passage de la motobineuse et avant le ratissage.

Conseils de pro :

Votre sol ne doit être ni trop sec …ni trop humide. Un sol trop sec pourrait casser les fraises et un sol trop humide pourrait devenir dur comme du béton une fois retourné.  N’oubliez pas non plus de marquer à la bombe de peinture vos buses d’arrosage automatique ou lumières afin de ne pas les détruire lors du passage de la motobineuse.

C/ Ramassage des déchets et nivellement

Une fois le sol retourné, il convient de niveller le sol par ratissage, en retirant par la même occasion les cailloux et les touffes d’herbe. Cela peut paraitre simple mais c’est un très gris travail, sans nul doute le plus fastidieux. Comptez environ 1 heure pour 100m2 et prévoyez de nombreux sacs à déchets verts.

Il convient  de bien ratisser afin qu’il y ait une légère couche de terre « libre » en surface. Cela permettra au semis de mieux prendre.

Un beau travail réalisé par un particulier
Travail de pro au motoculteur après émiettage

2 / Semer son gazon

Avant de semer, il est important de vérifier la météo. Si aucune pluie n’est annoncée dans les prochains jours, nous vous conseillons d’attendre avant de semer, sauf à ce que vous disposiez d’un arrosage automatique performant. Le bon arrosage de votre future pelouse est essentiel afin que le semis prenne.

Le faux semis : une bonne idée ?

A noter que si vous avez le temps, vous pouvez utiliser la technique d faux semis. Une fois le terrain préparé, vous attendez 15 jours afin de voir les mauvaises herbes qui repoussent sur votre terrain, apportées par le retournement de la terre. Vous pourrez alors désherber manuellement ou chimiquement avant de semer. L’inconvénient est que cela rajoute facilement 3 semaines au calendrier (15 jours d’attente pour la pousse des mauvaises herbes et 10 jours avant de pouvoir semer suite au passage d’un désherbant).

Choix du gazon : privilégier les mélanges hauts de gamme

Le gazon coûte cher. C’est un facteur à prendre en compte. Il vous faut absolument choisir un gazon adapté à ce que vous souhaitez faire de votre jardin et non le choisir en fonction de son prix. Il faut aussi bannir les gazons premier prix. Comptez environ 100 euros de semence pour 600m2 de terrain. Pour plus de conseils, retrouvez notre article sur le choix du gazon, rédigé avec l’aide de Barenbrug, leader européen du gazon.

Semer sa pelouse

La météo est clémente ? Pas trop chaud ni trop froid ? De la pluie est annoncée dans les prochaines jours ? C’est le moment de semer.

L’idéal est de semer à la volée.Brassez vos semences pour obtenir un mélange homogène des différentes graines et semez toujours la même quantité au même rythme, en respectant le dosage indiqué.

 

Epandre à la maison, solution simple mais parfois couteuse
Epandre à la maison, solution simple mais parfois couteuse
Epandeur mécanique, un bon moyen de ne pas surcharger

Ratisser et rouler

Après deux passages croisés, il est temps d’enfouir les graines sous deux ou trois centimètres de substrat pour les protéger, que vous étalerez en ratissant légèrement de manière à ne pas déplacer les semis.

Passez ensuite le rouleau de manière à augmenter l’adhérence entre les semis et le sol, par passages croisés, jusqu’à obtenir un sol plat et net. À défaut de rouleau, vous pouvez utiliser deux planches fixées sous vos chaussures.

Arroser abondamment

Il est temps d’arroser.


Le premier arrosage, en pluie fine pour ne pas déplacer les graines, a lieu immédiatement après le semis. Les autres s’échelonnent les jours suivants, sauf si la pluie s’en charge, de manière à maintenir la terre humide pour la germination.

 

Au bout de 10 jours, apparition des premiers brins

Au bout de quelques semaines, vous devriez voir apparaître votre nouveau gazon. Quand il atteint six centimètres de haut, repasser le rouleau sur sol sec pour améliorer son implantation. Et continuez à arroser.

Dès qu’il atteint entre huit et dix centimètres, vous pouvez procéder à la première tonte, en réduisant sa taille de moitié. La densité de votre pelouse va dépendre de la fréquence des tontes, qui elle-même est fonction de la rapidité de croissance de votre gazon. Il vous faudra attendre plusieurs mois avant que la densité du gazon soit normale. En plantant en octobre, vous devriez ainsi avoir un superbe gazon en mars.

3 / Entretenir son gazon

Pour entretenir votre gazon, les produits chimiques pesticides sont à utiliser le moins possible et de plus  en plus de produits respectent davantage l’environnement tout en régulant les plantes indésirables du gazon ainsi que les mousses qui l’étouffent.

Le passage du scarificateur est très important, si possible deux fois par an ( mars/avril et octobre) afin de supprimer la mousse et d’aérer le gazon.

Scarifier sa pelouse

Il existe aussi des produits complets qui permettent en une seule application d’apporter de l’engrais, de l’anti-mousses et un désherbant. Ils peuvent être utiles notamment si vous avez eu beaucoup de neige en hiver et sont à appliquer en mars/avril.

A partir du mois de mai vous pouvez débuter les arrosages, le matin de préference et on le soir (propice au développement de champignons)

Vous pourrez également fertiliser votre pelouse, surtout si vous n’avez pas recours au mulching. ou si votre sol est acide ( facile à savoir, si la mousse s’installe facilement). Un apport de Lithotamme (algue anti acidité) ou de chaux en janvier/février permet de corriger cette acidité.

Il existe également des fertilisants naturels (corne broyée , compost, algues,…). Vous pourrez également apporter des fertilisants à diffusion lente deux fois par ans ( à appliquer quelques jours avant la tonte).

Notre conseil :

L’utilisation d’un kit mulching et d’un fertilisant naturel à diffusion lente une à deux fois par an est hautement recommandé. Le passage du scarificateur une fois par an est également un mist si vous souhaitez conserver une belle pelouse !. En cas de sécheresse, n’hésitez pas non plus à arroser afin de ne pas laisser les mauvaises herbes, plus résistantes, se developper.

1 COMMENTAIRE