Tous les déchets du jardin sont récupérables, ou presque. Les produits de la tonte, de l’élagage ou vos déchets verts, tout est bon pour nourrir votre sol écologiquement et gratuitement.

 

Pour obtenir un sol riche en nutriments et reproduire des conditions qui favorisent la production d’humus, rien de tel que le paillage. Le paillis est une couche plus ou moins épaisse de déchets verts ou organiques répandus sur la surface. Il protège le sol et libère des nutriments à mesure qu’il est décomposé et digéré par les micro-organismes, champignons et vers de terre qui peuplent le sol de votre jardin.

Un sol paillé retient mieux l’eau, le paillis limite l’évaporation, et il évite le tassement de la terre. En se décomposant, il libère nutriments et gaz nécessaires à la croissance des plantes. Le paillis limite également la pousse de mauvaises herbes qui font concurrence aux plantations de votre jardin ou potager.

Pratiquement tout ce que produit votre jardin peut être exploité comme matière de paillage

Les produits des tontes de la pelouse, les résidus d’élagage ou du taillage de la haie de la maison, les feuilles et déchets du potager ou plantes fanées…

Mais attention à ne pas étouffer le sol avec des matières trop solides ou trop gourmandes en nutriments. Sur un sol peu riche, le paillage avec des matières solides de type branchages broyés ou paille risque de créer ce qu’on appelle une faim d’azote.

Les micro-organismes peinent à décomposer le paillis et ils puisent dans les nutriments du sol, privant les plantes de leurs ressources. Vous constatez alors que les plantes jaunissent et poussent mal. Pour éviter cela, choisissez l’automne pour répandre le paillis, une période où les plantes ne poussent plus et n’ont pas besoin d’autant d’apports.

Autre solution : ajoutez un paillis organique et nourrissant avant les résidus solides pour apporter au sol suffisamment d’éléments nutritifs.

Quelles matières et quelle épaisseur pour quel paillage ?

Tout ce qui a poussé peut être utilisé. Notez qu’un paillage de matières fraîches doit conserver une épaisseur raisonnable, d’un à deux centimètres. Pour une tonte séchée vous pouvez répandre jusqu’à dix centimètres de matière.

Pour les tontes d’herbe montée en graines, il est préférable d’en faire du compost avant paillage, pour faire pré-germer les graines et éviter la pousse de mauvaises herbes ou graminées. Pour les végétaux malades, prévoyez également une phase de compostage, ou brûlez-les si c’est autorisé dans votre zone résidentielle. Utilisez ensuite les cendres comme apport nutritionnel.

Crédit photo : canstockphoto.com