La société de constructeur Maison Lelievre est passée ce mercredi devant le tribunal de commerce de Nantes afin de connaître son avenir.

Des difficultés anciennes ?

Le patron de Maisons Lelievre, Pascal Lelievre, s’est donné la mort en juin 2018, laissant la société sans gouvernance, son époque n’ayant pas souhaité reprendre la gestion.

Un mandataire a donc été nommé afin d’assurer la gestion de la société…et de présenter au tribunal les différentes options qui pourraient être envisagée.

Failitte, Redressement, Cession,…?

L’angoisse est réelle pour les clients et salariés de Maisons Lelievre, pendus à la décision du tribunal qui devrait intervenir vendredi 5 octobre.

Plusieurs options peuvent se présenter dans ce type de dossier :

  • Une mise en liquidation judiciaire : ce serait le cas si le groupe présente des activités trop déficitaires, sans possibilité de redressement à court terme.
  • Un redressement judiciaire avec un plan de continuation. Cela semble ici peu probable car d’après les salariés de Maisons Lelievre, la famille semble avoir indiqué sa volonté de ne pas s’impliquer.
  • Un redressement avec une mise en vente de la société. C’est le scénario le plus probable car cela permettrait de céder les activités rentables (construction,…) et de liquider les activités déficitaires (fabrication de parpaings,…) à un tiers devant la barre du tribunal. Dans ce dernier cas, les contrats de construction pourraient être honorés par le garant ou par le constructeur repreneur de l’activité. La reprise des salariés serait conditionné aux offres reçues mais dans ce type de dossier, les tribunaux statuant sur les offres de reprise sont généralement très réceptifs aux offres reprenant le plus de personnes possibles.

Ne reste qu’à attendre le délibéré de vendredi. D’ici là, de nombreux salariés et clients échangent sur un forum spécialisé dans la construction.