Si l’on a tendance à croire que les jeunes issus de la génération Y ne veulent pas investir dans la pierre et devenir propriétaire, la vérité est tout autre !

Ces derniers repoussent simplement à plus tard leur projet, faute de pouvoir le financer rapidement.

Selon l’enquête « Beyond the bricks, the meaning of home » publiée le 28 février 2017 par HSBC, 41% des moins de 36 ans sondés en France possèdent un appartement ou une maison. Les données de l’INSEE vont également dans le sens de cette enquête puisque l’institut enregistre un taux de détention de patrimoine immobilier de 19,6% chez les moins de 30 ans, et de 53,4% chez les 30-39 ans.

Une durée du prêt augmentée

Chouchous des banquiers, les primo-accédant peuvent voir leur mensualité réduite sur le long terme (20-25 ans), maintenant de fait leur capacité d’emprunt sous la barre des 33% des capacités d’endettement.   Le temps est un allié en matière d’immobilier qui permet de réaliser également des économies sur l’assurance. En effet, plus vous serez âgé, plus l’assurance emprunteur, appelée également assurance prêt immobilier, sera élevé.

La chute des taux de crédit, qui restent encore à l’heure actuelle très bas, permettent aussi d’envisager un emprunt à long durée.

Avant d’entamer les démarches, il reste nécessaire de se renseigner sur sa capacité d’emprunt auprès des banques et des courtiers. Les ménages possédant un apport financier auront d’autant de plus de chance de voir leur prêt accepté.

Des maisons accessibles

Certains constructeurs de maison comme Babeau Seguin ont bien compris qu’il n’était pas simple d’accéder à la propriété quand on est jeune. Ils ont donc créer des gammes de maisons dédiées aux primo accédants avec des surfaces et des prix optimisés. Leur premier modèle de 3 chambres, avec garage, fait près de 90m2 (dont 15m2 de garage) et coûte aux alentours de 80 000 euros. A ce prix là, vous aurez une maison de qualité. Autant dire que si vous parvenez à obtenir un financement, c’est un investissement à faire !

Un achat réfléchi

Au delà du remboursement du prêt, l’achat permet également d’économiser un loyer tout en se constituant une épargne. Certaines personnes choisissent même d’investir pour se constituer un capital de départ en proposant à la location leur premier logement, une fois qu’ils souhaitent agrandir leur famille ou déménager dans un hébergement plus grand.

Acheter pour louer

Tout en restant vous-même locataire, vous pouvez décider d’acheter un bien pour le louer. Le dispositif de la loi Pinel permet d’acheter un logement neuf en proposant ce dernier à la location pendant 6, 9 et 12 ans avec des loyers plafonnés. Ce dernier permet également de bénéficier d’une réduction d’impôts. Par contre, il est impossible d’en bénéficier si l’on décide de s’expatrier à l’étranger car il est réservé aux résidents français.

Que vous achetiez un logement neuf ou bien ancien, n’oubliez pas de prendre en compte les charges de copropriété et la taxe foncière.

Quelques conseils pour bien investir

Vous avez décidé de vous lancer ? Avant tout achat, faites attention à ces quelques points :

  • Les offres trop alléchantes. Le prix de l’appartement est faible comparé au marché ? Mais les charges de copropriété sont très élevées ? Faites attention à ces dernières, elles peuvent rapidement plomber votre budget. De plus, dans les grosses copropriétés les travaux à venir votés en assemblée, comme le changement des portes sont à votre charge. Or, même si vous êtes contre ces derniers, vous n’aurez pas le choix !
  • De même, lisez avec une attention particulière les derniers procès-verbaux d’assemblée afin d’anticiper les travaux à venir. Notamment si le ravalement de façade est à prévoir et qu’il n’a pas encore été voté.
  • Si vous souhaitez acquérir un bien en centre-ville, portez une attention particulière au stationnement. Un logement avec une place de parking pour votre voiture vous évitera quelques dépenses obligatoires comme le paiement d’un abonnement mensuel à un parking.
  • Lisez les diagnostics immobiliers fournis lors de la vente. Réalisés par des professionnels, ils sont obligatoires. Le diagnostic de performance énergétique vous permettra notamment de connaître le degré d’isolation thermique de votre bien et le montant estimé des charges prévisionnelles de chauffage.
  • Négociez en tenant compte de l’état de l’appartement et du marché immobilier. Dans un marché immobilier tendu, il reste difficile de négocier le prix de l’appartement mais cela est plus facile dans une zone où l’offre reste supérieure à la demande. Appuyez votre demande sur des éléments concrets (chaudière à changer, travaux à réaliser, diagnostic électrique présentant des anomalies etc.) afin qu’elle ait plus de chance d’être acceptée.