Réaliser un plancher en ossature bois

La réalisation d’un plancher en ossature bois (plus léger qu’une ossature en béton) permet l’aménagement d’espace complémentaire dans un garage, une mezzanine ou un comble inexploité. La section des poutres porteuses dépend de la portée entre les murs et de la charge (le poids) des éléments à recevoir.
Par exemple, une mezzanine pour un bureau avec bibliothèque = une surcharge dûe à la bibliothèque importante.

Le dimensionnement et la fixation des appuis des poutres devront faire l’objet d’une préconisation par un professionnel.
Nous vous guidons ci-après, pas à pas dans la réalisation d’un plancher bois. L’ensemble des matériaux décrits est disponible en stock dans nos plateformes logistiques près de chez vous.

La réalisation d’un plancher ossature bois nécessite :

  • Des poutres ou madriers
  • Des dalles OSB ou CTBS
  • Sabots de support mural
  • Consommables de fixations bois et bétons (pointes, …)

Matériel nécessaire

  • Niveau laser ou à bulles
  • Perceuse
  • Marteau
  • Scie circulaire
  • Crayon ou bleu à tracer
  • Escabeau ou échafaudage

 

 

1Etape 1 : Organisation de l’espace de travail pour la réalisation d’un plancher bois

Tout d’abord, localisez l’emplacement exact sur lequel vous souhaitez réaliser votre plancher bois.
Videz la pièce des objets encombrants afin de faciliter l’accès à la périphérie des murs (pour la fixation des sabots métalliques). Un chantier propre et libre d’accès, c’est une aisance de travail assurée!!
Il est également important d’avoir stocker au préalable les ossatures à l’abri des intempéries afin d’éviter la déformation du bois.
Déterminer le sens de portée des poutres = la plus petite distance entre mur porteur.

 

 

2Etape 2 : Objectifs et moyens humains pour le bon déroulement du montage de votre plancher bois

Pour la réalisation d’un plancher en ossature bois, il convient au préalable de définir le sens de portée des poutres en bois afin de les faire reposer sur les murs porteurs (pas de cloison ou doublage pour le support).
Il est préférable d’être au moins 2 personnes pour la manutention des ossatures. Le délai de réalisation peux varier suivant la complexité de l’ossature à créer.

 

3Etape 3 : Choix des produits pour la réalisation d’un plancher bois

Calculez la quantité de poutres nécessaires pour la réalisation de votre plancher. Prévoyez impérativement des solives aux extrémités. Il est également important de commander des poutres plus grandes pour les ajustements (+ 50cm). La coupe servira d’entretoise.
D’autre part, lors de votre dimensionnement, ne négligez pas les passages d’un escalier ou d’une échelle avec une trémie dans l’ossature.
Le dimensionnement des poutres se fait suivant leurs charges et leurs portées. Le dimensionnement et la fixation des appuis des poutres devront faire l’objet d’une préconisation par un professionnel. En effet, l’ensemble doit impérativement respecter des normes de dimensionnement de plancher courant. Veuillez vous réferer aux normes, et ainsi, définir la section de solive en fonction de l’entraxe que vous souhaitez.

4Etape 4 : Implantation et pose des supports du plancher bois

Faites des repères sur les murs périphériques du niveau fini de votre plancher à l’aide d’un niveau à bulles ou laser. Vérifiez bien que le support des poutres soit réalisable. Dans le cas contraire, prévoir une ossature primaire de support.
Déterminez ensuite l’épaisseur des dalles et des poutres pour estimer au mieux le niveau d’assise des sabots métalliques.
Exemple : dalle de 22mm d’épaisseur + madrier de 200mm équivaut à un repère de 222mm sous le niveau fini de plancher.
Enfin, mettez en place le sabot et préparez les repères de fixations sur le mur porteur.

RAPPEL : les fixations doivent être adaptées au support, il existe des fixations adaptées à tous types de cloisons (parpaing, mur béton brique, béton cellulaire…).


5Etape 5 : Pose des poutres et création de trémie : plancher ossature bois

Pour la pose des poutres, il convient de les découper à la longueur précise entre sabots afin de les mettre en place. Une fois la pose effectuée, fixez la poutre à son support à l’aide de pointes de longueur adaptée. Renouveler l’opération autant de fois que nécessaire jusqu’à obtention d’un support parfaitement à niveau.

Attention : dans le cas de la réalisation d’une trémie, il convient de prévoir le renforcement celle-ci par la réalisation d’un chevêtre bois. La trémie permet la mise en place d’une trappe, une échelle ou un escalier.

Prenez soin de ne pas entailler les poutres porteuses pour la pose des poutres secondaires. Prévoyez également des sabots complémentaires pour l’appui des poutres porteuses sur les poutres principales.


6Etape 6 : Pose des dalles de plancher bois

La pose des dalles de plancher s’effectue par l’emboîtement des dalles les unes dans les autres, dans le sens perpendiculaire aux poutres. Les dalles de planchers sont spécialement rainurées pour un emboîtement sur les 4 cotés. N’hésitez pas à les poser en chevauchement afin d’éviter les points faibles.
Les dalles de planchers peuvent être de différents types de bois :

  • CTBS ou aggloméré pour milieu sec
  • CTBH ou aggloméré pour milieu humide (salle de bois…)
  • OSB3 dalle de plus grande résistance structurelle que l’aggloméré
  • Contreplaqué de toutes types (usage plus industriel)

Prévoir les découpes latérales afin de vous ajuster au plus près des parois périphériques. L’ensemble devra être vissé sur la structure pour de la renforcer (sauf cas de plancher flottant – voir l’étape 7).

 

7Etape 7 : Isolation phonique et thermique d’un plancher bois

Cas d’une isolation phonique (bruit d’impact) :

Afin d’assurer une isolation phonique sur les bruits d’impacts plancher, vous pouvez ajouter, avant la pose des dalles, un isolant en fibre de bois de 10mm d’épaisseur sur les poutres porteuses. Ceci évitera la transmission des bruits et vibrations à l’ensemble du plancher.

Cas d’une isolation phonique (bruit aérien) et thermique (dessus de garage…) :

Pour assurer une bonne isolation phonique et/ou thermique entre les étages créés, il convient d’ajouter un faux plafond acoustique à l’ossature (voir l’ouvrage des faux plafonds acoustiques.