La budgétisation avant d’acquérir votre demeure est vivement recommandée afin d’éviter des surprises de dernières minutes. Cette étape est compliquée du fait qu’il faut prendre en compte plusieurs critères comme le prix au mètre carré, la viabilisation et les aménagements du terrain et enfin la construction proprement dite.

Il faut également tenir compte d’un budget pour les imprévus et prévoir les modifications qui pourront survenir comme les aléas familiaux, la situation professionnelle (changement lieu de travail), les revenus (primes) et la fiscalité de la zone voulue.

Voici un aperçu de ce qu’il faudra prendre en compte :

Quel budget faudra-t-il prévoir pour votre terrain ?

Le tarif d’un terrain à bâtir est variable d’une région à une autre et d’une commune à une autre selon son placement par rapport à la ville la plus proche. Son tarif dépend également du fait qu’il soit viabilisé ou non et il dépendra encore de la nature et de la qualité du terrain.

Il faut faire attention de ne pas se jeter sur un terrain à bas prix de suite car il risquera de revenir plus cher en raison des éventuelles adaptations au sol de votre future maison. Pensez donc à consulter différentes offres et à demander une étude de sol systématiquement.

Un raccordement de terrain aux réseaux sera nécessaire pour un terrain non viabilisé. Son coût dépend de plusieurs facteurs dont la typologie du terrain, les aides financières de la commune et d’autres facteurs d’éloignements du terrain. Il faut estimer ce coût entre 5000 et 15000 € pour un terrain classique.

La hausse des coûts de construction

Une hausse des coûts de construction doit être envisagée dans certains cas :

  • Une structure de terrain en pente revient plus chère pour les fondations
  • Une nature de sol peut nécessiter des renforts de structure (exemple pour un terrain en zone sismique)
  • Des frais d’arrachage pour un terrain boisé.

> Se renseigner sur les terrains situés en zone sismique

> Fondations et études de sol

Les frais notariaux

En dehors des frais techniques, il faut également prendre en compte les frais notariaux. Ils comprennent selon le barème de l’année 2019 :

 

Barème des frais de notaire 2019
PrixPourcentage
De 0 à 6.500 euros3,945%
De 6.501 à 17.000 euros1,627%
De 17.001 à 60.000 euros1,085%
60.001 euros et plus0,814%

Ajoutez à cela les droits de mutation :

Ceux ci pour l’achat d’un logement ancien et d’un terrain sont fixés au maximum à 5,81% du prix de vente. Ils sont encaissés par le Trésor public pour le compte du département (3,80 à 4,50% du prix selon le département), la commune (1,20% partout) et l’Etat qui prélève 2,37% des sommes perçues par les départements. Dans presque tous les départements, les droits de mutation sont fixés à 5,81%. Seuls l’Indre, l’Isère, le Morbihan et Mayotte (5,11%) pratiquent des taux inférieurs.

Frais de notaire dans l’immobilier neuf  : 

Les droits de mutation concernant votre future construction, correspondent uniquement à la taxe de publicité foncière, et sont limités à 0,71% du prix de vente hors TVA. C’est pourquoi on parle de frais de notaire réduits pour l’achat d’un logement neuf. Ce taux est systématiquement appliqué partout en France.

Coût du terrain

Le coût d’un terrain varie fortement d’un département à l’autre ainsi que d’une ville à l’autre.

La meilleure façon de se renseigner est de consulter le prix des terrains, département par département sur le site de notre partenaire terrains.fr. Vous trouverez un baromètre des prix du foncier ainsi que des milliers d’annonces de terrains à vendre.

Pour conclure, il vaut mieux consulter votre conseiller avant de procéder à l’achat de votre terrain et vous poser les bonnes questions telle que les taxes locales, les frais de notaires, les taxes de raccordement aux réseaux, la viabilisation du terrain, la nécessité de placer un sous-sol ou un rehaussement pour les fondations,…