Après s’être fait lyncher sur les réseaux sociaux suite au reportage sur les fleuristes accusés de faire trop de marges, M6 ne semble pas avoir changé sa politique éditoriale, privilégiant le sensationnel à l’information réelle.

Le reportage M6 de dimanche 25 février 2018 sur l’immobilier nous a en effet choqué. Pour rappel le thème de l’émission était Spécial immobilier. Notre édito vous dit pourquoi !

 

Constructeurs = Voleurs ?

Nous ne reviendrons pas sur la rubrique « frais des agents immobiliers » car le business est en plein mutation entre agents commerciaux et salariés d’agence ( dont la commission finale est faible). Non, ce qui nous a le plus intéréssé et dérangé concernait la rubrique  « Construction de maison, le rêve à portée de main ». Le reportage n’hésite pas à parler de pièges, voire d’arnaques… Tentons de démêler le vrai du faux

Capital parle de pièges et arnaques de la part de constructeurs de maison. Mais est ce bien la réalité ? Le reportage a tendance à confondre tous les acteurs de la construction. Vous pouvez en effet faire construire votre maison par des artisans ( en direct), par un maitre d’oeuvre ( qui se charge de coordonner les artisans)), par un architecte (rôle équivalent à celui d’un maitre d’oeuvre avec en plus la partie conception)…ou par un constructeur, choix le plus courant. Pourquoi ce choix est il le plus courant ?

Tout simplement parce qu’il existe une loi dite loi CCMI de 1990 qui offre des garanties au particulier faisant construire sa maison en passant par un constructeur. Ces garanties sont nombreuses et permettent une indemnisation en cas de retard de chantier, une reprise du chantier par un assureur en cas de défaut du constructeur, une garantie de deux ans des équipements,…une garantie de parfait achèvement.

La question est : y a t’il des chiffres attestant d’arnaques de la part de constructeurs ? Oui, il y en a et ils sont très faibles. Le nombre de litiges entre particulier et constructeur est très sensiblement inférieur à ce que l’on retrouve dans la rénovation ou la relation particulier / maitre d’oeuvre.

Des pièges et arnaques ? Vraiment ?

Les « arnaques » que l’on peut retrouver de la part de constructeur existent bien evidemment. On peut notamment lister sont les suivantes.

Acompte/ réservation

Prise d’un chèque d’acompte  afin de forcer la main ? Oui, cela peut exister sauf que dans le cadre d’un CCMI, contrat de construction de Maisons Individuelles, votre acompte est garanti par une société qui vous le remboursera en cas de défaut du constructeur ou si ce dernier fait de la résistance. Notre conseil : toujours exiger de recevoir le certificat de garantie et surtotu, ne jamais signer au 1er rendez-vous avec un constructeur.

Fausses promotions

Une voiture ou une cuisine offerte. Cela semble alléchant. Sauf qu’il est probable que la maison ait été augmenté de quelques milliers avant cette promotion. Ne foncez donc pas sur les promotions. Capital exagère toutefois car le milieu a bien changé et nombreux sont les constructeurs travaillant avec une politique de prix fixe. Encore mieux, certains constructeurs affichent même leurs prix en ligne ( Babeau Seguin par exemple).

Travaux réservés : mal évalués ?

Lorsque vous faites construire, vous pouvez vous réserver quelques travaux ( enlèvement des terres,…). Certains constructeurs n’hésitent pas, afin de faire baisser le prix, de mettre à votre charge ces travaux en minimisant le travail ou le prix. C’est illégal et la justice est clair là dessus. Les travaux réservés doivent être chiffrés à leur juste prix afin d’éviter les mauvais surprises. Concernant les peintures, elles ne sont jamais inclues dans le contrat de construction car sinon elles devraient supporter la garantie décennale, ce que personne ne veut assurer. Il est donc aujourd’hui bien peu courant de voir de telles pratiques.

Terrain : une adaptation au sol à payer ?

 

Le cas du terrain est particulier car le constructeur est tenu de ne pas augmenter le prix de votre construction, même s’il découvre de mauvaises surprises en creusant ( terrain innondé, roches…). Les constructeurs peuvent donc perdre de l’argent, ce pourquoi l’étude de sol est fortement recommandé avant de chiffrer une maison. Le problème est que celle ci coute cher et que les constructeurs sont réticents à avancer de l’argent alors que le client n’est pas engagé. La seule solution serait que la loi évolue et que le client soit forcément détenteur d’une étude de sol, le mieux étant que le vendeur de terrain soit tenu d’ne fournir une ( sorte de diagnostic).

 

Options  aprés-vente :  un surcout important ?

Capital M6 décrit les options comme une « arnaque » faisant augmenter le prix de vente des maisons. Nous ne voyons pas en quoi cela est une arnaque. Qui s’étonne que des fauteuils cuirs  ou un toit en verre augmentent fortement le prix d’une voiture ? Pour une maison c’est pareil, que vous preniez un carrelage entrée de gamme ou la gamme premium de cher  Porcelanosa, le prix ne sera pas le même.

 

Réserves et solde de 5% : un  « chantage aux clés » ?

On dit souvent que les constructeurs font du chantage à la livraison afin d’avoir le chèque de solde des 5% lors de la remise des clés. En sachant que les clients ont 7 jours pour indiquer d’éventuelles réserves. La loi voudrait donc que le client puisse avoir ses clés sans payer le solde des 5%. Le problème est qu’un constructeur ne gagne que 5% en moyenne sur le prix d’une maison. C’est à dire que s’ils ne récupèrent pas ce solde de fin de chantier, le constructeur ara perdu de l’argent. Et les clients faisant tout pour ne pas payer une fois u’ils sont dans la maison sont de plus en plus nombreux ( augmentation de 35% des litiges de ce genre depuis 10 ans).  La solution serait que  la loi permette de consigner cette somme sur un compte séquestre (notaire,…) et que la somme soit versée à la levée des réserves.

 

Retards de chantiers : des cas fréquents ?

Capital M6 a ms l’accent sur les problèmes de retards de chantier, indiquant que les constructeurs mentaient sur les délais de livraison. C’est totalement faux et ce pour plusieurs raisons. La première est que le constructeur est tenu de verser au client des indemnités de retard qui lui coutent cher. Il est d’ailleurs fréquent de voir des clients demandés des modification afin de percevoir des indemnités de retard. Ensuite, le délai de livraison contractuel est validé par un garant financier et ce délai n’est donc nullement fantaisiste.

Enfin, même si le nombre de chantiers en retard a fortement progressé en 2017 partout en France, il est intéressant de noter que le constructeur Babeau Seguin, cité sur Capital M6 le 25 février 2018, n’a livré que 15 maisons en retard en 2017…sur près de 2000 maisons livrées, soit 0,75% de chantiers en retard.

 

 

Conclusion :

A vouloir faire du sensationnalisme on en oublie de faire du journalisme. Oui oil est vrai que certains professionnels ont abusé et que certains abusent encore. Mais la grande majorité des constructeurs respectent aujourd’hui totalement la loi qui est très clairement e, faveur des clients. Faire construire sa maison est aujourd’hui un réellement à portée de main.

 

 

Pour rappel le programme du Capital du 25 février 2018 était :  Immobilier – Comment faire de bonnes affaires  :

  • Agents immobiliers : leurs tarifs sont-ils justifiés ?
    • Décryptage des méthodes de vente, diverses et parfois révolutionnaires, employées par les quelques 135 000 agents immobilier qui exercent en France.
  • Charges de copropriété : comment stopper les frais ?
    • Depuis 2015, les tarifs des syndics de copropriétés sont encadrés, mais à Paris, par exemple, ils ont augmenté de 23 % en deux ans. Pour limiter les charges de copropriété, il faut connaître les astuces des syndics.
  • Construire sa maison : le rêve à portée de main ?
    • Comment éviter les pièges et les arnaques et trouver le juste prix dans un marché de la construction individuelle neuve occupé par plus de 3000 constructeurs ? Capital donne quelques conseils.

5 Commentaires

  1. Bonjour, Je ne suis pas du tout d’accord avec votre retour, je fais construire et notre constructeur nous balade, nous manque de respect et nous prend pour des imbéciles. Alors oui certes il y a bien les lois que vous mentionnées (CCMI, Dommage ouvrages, garantis livraison…) mais entre les 2, les conseils sont complètement inexistants, les réponses prennent 3 semaines minimum et j’en passent et des meilleurs. C’est le monde du plus fort ou le constructeur est roi et sait très bien que les maîtres d’ouvrages sont en attente de leur maison et joue avec cela, ce qui complètement dégoûtant, irrespectueux, injuste…
    Je trouve justement que le reportage ne montrait pas assez les vrai facettes des constructeurs. Les commerciaux incitent à signer très vite le CCMI sous peine de bonne remise mensuel, le contrat n’est pas assez expliqué et les travaux réservés jamais pris en compte avec un montant réel au final. Ce monde a besoin de plus de règles, il n’y en a pas assez pour les consommateurs qui choisissent un constructeur pour avoir toutes les garanties que vous parlez, mais qui au final ce fait complètement avoir sur pleins d’autres points qui rongent au quotidien et ces points la ne sont jamais mentionnés, c’est bien dommage. On est bien loin de la réalité aussi bien dans le reportage que dans ce que vous avancez.

  2. Qu’appelez vos  » se faire avoir » ? Car autant on peut sans nul doute reprocher au constructeurs un manque de communication ( le monde du batiment a encore peu évolué mais de nouveaux outils digitaux vont accélerer la mue), autant les « arnaques » sont très peu fréquentes. Beaucoup moins nombreuses que dans la rénovation ou dans la construction en passant par un mâitre d’oeuvre. Le contrat pas expliqué ? L’avez vous lu ? Car il est écrit selon les textes de loi et si votre constructeur est adhérent LCA FFB, son contrat doit être un contrat type. Les travaux réservés sont obligatoirement mentionnés sur la notice descriptive avec leur vrais montant. SI ce n’est pas le cas, votre constructeur a fait une erreur et vous pouvez lui demander d’honorer les travaux lui même au cout qu’il a mentionné.
    Quel était votre constructeur ?

  3. Quand je dis ce faire avoir, c’est tout simplement que nous sommes tributaire d’eux et ils le savent bien et ils en profitent au maximum. Le conseil n’est pas le même d’une construction à l’autre et on vous annonce que vos choix sont impossible alors que votre voisin a réussie à les obtenir. Tout est une question de primes, et dans une entreprise comme les constructeurs c’est bien dommage car le conseil est lésé.
    Construire une maison, c’est la plus grande chose, le plus grand chantier d’une vie, et n’être pas conseillé convenablement et n’être qu’un numéro parmi tant d’autres… être mis de côté pendant des mois parce que vous avez remarqué un défaut sur votre contrat, c’est de l’abus ni plus ni moins, ça personnes n’en parle…
    Notre contrat nous l’avons lu des dizaines de fois, mais au début il est toujours très compliquer de comprendre tous les termes, et aussi de penser à tout avant de signer le CCMI. Je le répète on prend un constructeur pour avoir un professionnel en face de nous qui nous aide à faire les bon choix et nous conseiller faces à toutes les options mais ce n’est pas le cas, ce n’est juste que du profits pour faire de la vente, pour avoir des primes, une fois que c’est signer c’est trop tard. Je conçois totalement qu’il y est des primes pour les commerciaux c’est le jeu dans ce monde, mais l’humain est laissé de côté et de prime le respect avec.
    C’est juste inadmissible dans un projet comme celui-là, il y a trop d’argent en jeu. C’est une aberration
    Notre constructeur est COFIDIM

  4. Désolé mais votre email contient trop d’incohérences voire d’inexactitudes pour que nous ne le corrigions pas. Concernant les choix techniques d’un constructeur à l’autre, cela dépend de la typologie constructive d’un constructeur, des matériaux et équipements choisis et du bureau d’étude technique du constructeur. Pour exemple, de nombreux constructeurs refuseront de mettre des baies à galandage car la RT2012 les pénalise fortement. IL faudrait alors fortement augmenter l’isolation et traiter les ponts thermiques avec une technicité que n’ont pas tous les artisans. Exactement comme pour tous les métiers. On ne recommande pas ce qu’on ne maitrise pas ou ce dont on n’est pas convaincu. Le coefficient Bbio de la maison influe également (orientation) tout comme sa taille. Et cela contraint certains choix techniques.
    Concernant les commerciaux, arrêtez de parler de « remises mensuelles » des commerciaux. Oui, ils sont incités à la vente comme tous les commerciaux du monde.

    Enfin, le secteur de la construction dispose de beaucoup trop de règles. Ne serait ce que le problème de l’étude de sol qui est à la charge du constructeur, ce qui est une aberration puisque c’est le particulier qui apporte ou achète le terrain. Quand vous passez par un constructeur, vous disposez d’une notice descriptive détaillant tous les matériaux et équipements, ce que n’avez pas en passant par un promoteur ou un artisan. Pire, quand vous achetez un bien ancien, vous ne savez même pas ce qui est compris dans votre achat et si tout fonctionne. ET vous n’avez aucun recours alors qu’avec un constructeur vous avez des garanties.

    D’ailleurs, la satisfaction des clients passant par un constructeur CCMi est très élevée, beaucoup plus que pour les gens passant par un artisan ou un maître d’oeuvre. Et on ne parle pas du passage direct par artisan dans le cas d’une construction ou d’une rénovation qui aboutit une fois sur deux à un contentieux.