Construire sa maison :  le rêve à portée de main ? M6 – Capital

Construire sa maison :  le rêve à portée de main ?

Comment éviter les pièges et les arnaques et trouver le juste prix dans un marché de la construction individuelle neuve occupé par plus de 3000 constructeurs ?

Construire sa maison semble être un le rêve à portée de main  tant les prix affichés paraissent intéressants, surtout si l’on compare cela aux prix de la rénovation, qui revient souvent plus cher que de faire construire. De surcroit, les technologies des maisons modernes offrent confort et économie d’énergie, de quoi se motiver à faire construire.

Nous vous délivrons ici quelques conseils afin de ne pas vous faire avoir.

Conseil n°1 : vérifier le terrain

Vous avez trouvé un terrain qui vous plaît et sur lequel vous rêvez de faire construire votre future maison ? Avant de commencer sa construction, il est important de vérifier le cadastre du terrain directement en mairie. Une fois vérifié, d’autres critères sont aussi à prendre en compte.

Le raccordement

Si votre terrain est isolé et situé loin de la ville ou du village, renseignez-vous sur les diverses possibilités de raccordement des différents réseaux (eau, assainissement, électricité, téléphone…). Le raccordement doit être possible, car dans le cas contraire, des équipements devront être installés (cuves indépendantes pour l’eau, par exemple) et ceci peut représenter un certain coût.

Le bornage

Pour limiter les litiges entre vous et vos voisins, il est conseillé de faire borner votre terrain par un géomètre-expert, et ce, même si cette étape n’est pas obligatoire. Ce professionnel délimitera ainsi votre surface à celle qui est contigüe.

En revanche, si votre terrain privé est situé à côté d’un public, le bornage n’est pas nécessaire.

En ce qui concerne les frais, ces derniers dépendent du professionnel et sont pris en charge par les propriétaires des deux terrains attenants.

La géologie de la surface

C’est un point à considérer avant de commencer la construction de votre maison : la géologie de votre terrain. En effet, si votre est argileuse ceci pourrait entraîner une surfacturation en fin de chantier. C’est pourquoi il est conseillé de faire faire une étude dite G12 par un géotechnicien pour éviter les mauvaises surprises et pour informer votre constructeur quant à la qualité de votre terrain. Après son analyse, le géotechnicien vous remettra un document que vous devrez joindre à votre contrat. Grâce à ce dernier, le constructeur ne pourra pas vous facturer davantage en fin de chantier.

Pour réaliser cette étude, les prix sont compris entre 800 et 2 000 euros, mais dîtes-vous qu’ils pourront vous éviter une surfacturation pouvant être d’un montant supérieur.

Conseil n°2 : le choix des bons professionnels

Des artisans assurés

Aujourd’hui, les artisans ne manquent pas, mais afin que la construction de votre maison se passe dans les meilleures conditions, vous devez vérifier certains éléments avant de faire appel à eux.

Tout d’abord, regardez leur inscription au Registre du Commerce et des Sociétés afin de vérifier qu’ils ne font pas face à une situation de dépôt de bilan.

Analysez aussi le Kbis qui représente la carte d’identité de l’entreprise et qui prouve l’existence de la société.

Assurez-vous également que la société dispose d’un label de certification tel que EcoArtisan ou encore Certif Iso 900, des gages de sécurité et de confiance.

Enfin, pensez à vérifier que le constructeur est assuré. S’il ne possède pas l’assurance dommages-ouvrages, vos travaux ne doivent pas être commencés.

Un architecte de confiance

Selon la surface de votre maison, embaucher un architecte est obligatoire ou non. Ainsi, si votre maison a une Surface Hors Œuvre Nette (SHON) de plus de 170 m², faire appel à un professionnel pour réaliser les plans de votre maison sera obligatoire.

Avant d’en embaucher un, pensez à vérifier :

–       Son inscription à l’ordre des architectes.

–       Ses différents contrats d’assurance.

–       Son attestation garantie décennale.

Si vous le pouvez, n’hésitez pas aussi à prendre connaissance de ces anciennes réalisations. Vous saurez ainsi si ses chantiers ont été réussis, s’il a respecté les délais et si ses prix ont été raisonnables.

Un vrai constructeur

Si vous décidez de passer par un constructeur (le bon choix), vérifiez qu’il vous fait bien signer un contrat de construction conforme à la loi CCMI de 1990  ( il y est  obligé s’il se qualifie de constructeur) et vérifiez ses garants. Les nouvelles réglementations thermiques et techniques font que les petits constructeurs ont de plus en plus de mal à être compétitifs. Notre conseil est donc de ne pas passer par un constructeur faisant moins de 100 maisons par an. Idem, privilégiez un constructeur ayant un fort ancrage local. Cela signifie qu’il aura sa mai d’oeuvre et réduira les risques de retards ou malfaçons.

Conseil n°3 : un devis et un contrat bien établis et en accord avec vos attentes

Pour le devis en cas de passage par un artisan ou maitre d’oeuvre, ce dernier doit être clair, compréhensible et bien rédigé. Grâce à celui-ci, vous pourrez choisir un constructeur et des artisans en accord avec vos attentes et votre budget. Sur le devis, plusieurs éléments doivent figurer : la TVA, le prix HT et TTC, la date de début et de fin de travaux, la nature des travaux, la qualité et le volume des matériaux qui seront utilisés, les modalités de paiement et la date de validité du devis.

Une fois le devis entre vos mains, prenez le temps de le regarder et s’il est sous-évalué, soyez méfiant, car le montant de la facture pourrait augmenter durant les travaux. N’oubliez pas non plus de demander quelques explications aux différents professionnels si une condition ou un élément est non compris.

Pour le contrat  celui-ci doit être complet. Il doit notamment comporter un plan de construction établi par vous-même ou par un architecte, l’étude G12 réalisée, les travaux à effectuer et le montant TTC de ces derniers ainsi que les modalités de retard.

En passant par un constructeur, le contrat CCMI est régi par la loi et doit contenir une notice descriptive détaillant les prestations et équipements de votre maison. Il doit également indiquer les éventuels travaux à votre charge ( travaux réservés) avec le montant qu’ils représentent si réalisés par un professionnel.

Conseil n°4 : versez de l’argent petit à petit

C’est primordial ! Ne payez pas d’un coup les maîtres d’ouvrage, mais versez de l’argent petit à petit tout en respectant la grille d’appel de fonds établie par le Code de la Construction et de l’Habitation, dans le cas d’un CCMI. Pour un artisan ou un maître d’oeuvre, ce n’est pas si simple ni si rigoureux.

Voici la grille d’étalonnage des paiements pour un constructeur CCMI.

–       15% dès l’ouverture de votre chantier.

–       25% dès les fondations terminées.

–       40% dès les murs bâtis.

–       60% dès la pose de la charpente et la mise hors d’eau.

–       75% dès la mise en place des menuiseries extérieures, la fin des cloisons et la mise hors d’air.

–       95% à la fin des travaux de menuiserie, de plomberie et de chauffage.

Aussi, si votre constructeur dispose d’une garantie de remboursement d’acompte, il pourra vous réclamer 5% au moment de la signature de votre contrat et 5% dès votre permis de construire obtenu. A noter que certains constructeurs importants comme Maisons Babeau Seguin ne demandent aucun acompte.

Conseil n°5 : pensez à aller voir votre chantier régulièrement

Visiter votre chantier est important pour vérifier les travaux et leur bon déroulement. En revanche, vous ne pouvez pas vous y rendre dès que vous le souhaitez. En effet, les visites doivent être mentionnées dans le contrat et si vous souhaitez faire une visite imprévue, il faudra en informer votre constructeur.

Avant que les travaux ne commencent, un calendrier de visites sera établi avec le constructeur et si vous le pouvez, allez voir les travaux avant d’effectuer un quelconque versement.

Si vous le souhaitez, vous pouvez être accompagné d’un professionnel pour repérer les éventuels défauts et une fois sur place, n’hésitez pas à prendre des photos.

S’il y a une/des erreur(s), envoyez à votre constructeur une lettre recommandée avec accusé de réception afin de le mettre en demeure. Vous serez ainsi protégé et les erreurs seront également réparées.

Conseil n°6 : attention aux travaux supplémentaires

Dans certains cas, des travaux peuvent venir s’ajouter durant la construction si vous passer par un maître d’oeuvre ou un architecte. Pour éviter un problème, il est important de :

–       Évaluer le montant des travaux.

–       Établir un avenant au contrat (si des travaux sont réalisés sans votre accord, vous pourrez refuser de les régler).

–       Rédiger un nouveau contrat en cas de modifications importantes.

En passant par un constructeur de maison, le prix signé au contrat est ferme et définitif ( sauf bien évidemment si vous ajoutez de votre fait des options après signature).

Conclusion :

 

Voilà vous savez à peu près tout. Faire construire sa maison est vraiment un rêve à portée de main, surtout avec les taux d’intérêts actuels et les couts de construction, inférieurs à la rénovation.  En suivant nos quelques conseils et en privilégiant de passer par un constructeur, vous pouvez maintenant et faire bâtir la maison de vos rêves avec sérénité comme vous le recommande M6 Capital.

 

Découvrez notre top constructeur :

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Contactez-nous

Nos conseillers sont tous en ligne. Laissez nous un message pour n'importe quelle demande et nous vous répondrons dans l'heure. Et pas d'inquiétude : nous ne REVENDONS PAS vos données.

En cours d’envoi

© Immolib - All rights reserved - Legal notices - Terms of use - Sitemap

ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account